Publié le 26/12/2017 à 10:45 / Marianne Boileve

Economie

Les exploitations de Nouvelle-Zélande produisent à des coûts trois à quatre fois inférieurs à ceux des exploitations ovines françaises.

La filière ovine néo-zélandaise reste très performante, explique une étude de l'Institut de l'élevage

« La filière ovine néo-zélandaise a encore de la ressource ! », a estimé l'Institut de l'élevage (Idele) dans son dossier économique mensuel publié le 22 décembre. Et cela même si « depuis trente ans, le cheptel de brebis a été réduit des 2/3 », constatait l'Idele. En effet, les exploitations ont augmenté le niveau de productivité des brebis et produisent à très bas coûts, trois à quatre fois inférieurs à ceux des exploitations ovines françaises.

Concentration

La production n'a donc perdu que 31% des volumes en trente ans et près de 2/3 des prairies néo-zélandaises restent toujours pâturées par les ovins. L'Idele note également que « l'industrie de l'abattage-découpe est concentrée aux 3/4 dans les mains de 4 leaders » dont « deux d'entre eux sont contrôlés par des groupes japonais et chinois ».

Libre-échange

Selon l'Idele, « tout l'écosystème public-privé est tourné vers l'export, avec un gouvernement qui a conclu et qui négocie nombre d'accords de libre-échange bilatéraux, après la mise en sommeil de l'OMC : c'est sans doute le pays au monde qui en a signé le plus aujourd'hui ».

Source : Agrafil

Mots clés : FILIERE OVINE COUT DE PRODUCTION BREBIS IDELE PRODUCTIVITE NOUVELLE ZELANDE
Publicité
Annonces légales