Publié le 15/05/2018 à 10:20 / Marianne Boileve

Syndicalisme

Les quatre priorités sont au nombre de quatre : soutiens directs, gestion des risques, architecture environnementale et droit de la concurrence.

Dans sa contribution à la position française pour la réforme de la Pac, la FNSEA affiche quatre priorités.

Alors que débutent les débats sur la réforme de la Pac, la FNSEA a communiqué le 14 mai sa « contribution à la position française ». En préambule, la FNSEA demande un maintien du budget à 0,4% du PIB européen et de l'architecture actuelle à deux piliers.

Soutiens directs

Dans le détail, la FNSEA affiche quatre priorités : d'abord les « soutiens directs », au sein desquels elle demande le maintien des dispositifs actuels du 1er pilier (DPB, aides couplées, ICHN et OCM en fruits & légumes et viticulture), précisant qu'elle ne souhaite pas que le DPB ne devienne une aide uniforme à l'hectare (SAPS).

Gestion des risques

La 2ème priorité est la « gestion des risques », dont elle souhaite que les outils actuels soient « généralisés et mis à disposition des exploitations agricoles ». La 3ème priorité est « l'architecture environnementale » ; la FNSEA demande qu'il n'y ait pas de « renforcement de la conditionnalité, du verdissement ou des seuils d'accès aux MAEC ».

Droit de la concurrence

Enfin la 4ème priorité porte sur « le fonctionnement de la chaîne alimentaire ». La FNSEA demande que le renforcement des OP obtenu dans le droit de la concurrence européen soit « conforté » dans l'OCM unique.

Source : Agrafil

Mots clés : VERDISSEMENT CONCURRENCE MAEC GESTION DES RISQUES SOUTIENS DIRECTS SAPS
Publicité
Annonces légales