Publié le 08/01/2019 à 20:25 / Jean-Marc Emprin

Commerce en bestiaux

Une instruction pour maltraitance d'animaux est menée contre un éleveur négociant de l'Isère.

60 bovins maltraités ont été saisis chez le négociant en bestiaux isérois
Courant décembre, une interdiction d'exercer l'activité de négociant en bestiaux a été signifiée par un juge d'instruction à M. Denis Cochard.
Messieurs Raymond et Yannick Cochard, éleveurs, ne sont en rien concernés par cette affaire.
Terre dauphinoise présente ses excuses à ses lecteurs et aux personnes concernées pour cette confusion dans les prénoms.

 

Une procédure relativement rare vient d'être mise en œuvre par un juge d'instruction isérois.

Denis Cochard, négociant en bestiaux bien connu dans le département, vient d'être interdit d'activité et d'exercice de sa profession depuis le 19 décembre.

La gendarmerie et les services de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) ont retiré des animaux, une soixantaine de bovins, de l'exploitation de M. Cochard à Chatonnay le 18 décembre dernier.

La décision grave est motivée par la maltraitance que faisait subir le négociant aux bêtes.

Les animaux ont été remis à l'OABA, l'association de protection des animaux, qui les recueille et les place chez des éleveurs, bienveillants eux.

Le lendemain de cette saisie, Denis Cochard et son fils ont été reçus par le juge d'instruction. C'est au cours de cette entrevue que la suspension d'exercice de la profession a été signifiée à M. Cochard. « Il était difficile de prouver les faits parce que ce monsieur a l'habitude d'acheter des animaux en mauvais état, explique-t-on du côté de la DDPP. Mais des signalements ont été faits dans la filière ». 

Il est à craindre qu'un certain nombre d'éleveurs soient victimes d'impayés de la part du négociant. 

 

Jean-Marc Emprin
Publicité
Annonces légales