Publié le 23/08/2018 à 15:05 / Jean-Marc Emprin

Protection contre le loup



Des dérogations au statut de protection du loup peuvent être accordées aux éleveurs pour mettre en place :

- un effarouchement à l’aide notamment de moyens sonores et de tirs non létaux, sans demande préalable, et à proximité du troupeau pendant toute la durée du pâturage.


- un tir de défense simple. Celui-ci ne peut être réalisé que par un seul tireur habilité à la fois. Il est possible de le mettre en place sans avoir eu d’attaque, si le troupeau est considéré comme protégé ou non protégeable par la DDT, et que les attaques perdurent.

- un tir de défense renforcée, dès lors que le troupeau reconnu protégé ou non protégeable, subit des attaques malgré la mise en place du tir de défense. Il peut y avoir plusieurs tireurs habilités à la fois (jusqu’à 10), utilisant une arme à canon lisse ou rayé. Ils doivent intervenir sous le contrôle technique de l’ONCFS ou d’un lieutenant de louveterie. Il peut être mis en place s’il existe des dommages importants et récurrents d’1 année sur l’autre ; ou en cas de dommages exceptionnels depuis le 1er mai de l’année N-1 ; ou que le pâturage a conne plus de 3 attaques successives dans les 12 mois ; ou bien que plus de 3 attaques ont été constatées dans les 12 mois sur des troupeaux voisins (même commune) mettant déjà en œuvre des tirs de défense.

Des mesures supplémentaires peuvent ensuite prendre la forme soit :

- D’un tir de prélèvement s’il est constaté des dommages importants dans les élevages ayant mis en œuvre les tirs de défense et au moins deux autorisations de tirs de défense renforcée. La zone d’intervention est étendue au territoire occupé par les loups ayant causé les dommages.

- D’un tir de prélèvement renforcé, s’il est constaté des dommages récurrents d’une année sur l’autre. Ils peuvent être mis en œuvre à l’occasion de battues aux grands gibiers réalisées dans le cadre de chasse ordinaire ainsi qu’à l’occasion de chasses ou de battues administratives, de chasse à l’approche ou à l’affût d’espèces de grand gibier.


La liste des personnes habilitées à participer aux tirs de défense renforcée, de prélèvements et de prélèvements renforcés autres que les agents de l’ONCFS, est arrêtée par le préfet.


 

Les tirs de défense simple ou renforcée ne sont possibles uniquement que sur les pâturages (intersaison ou alpages) mis en valeur par le bénéficiaire, à proximité du troupeau concerné et ne sont valables que durant toute la période de présence du troupeau sur les territoires soumis à la prédation du loup.

Les bénéficiaires des autorisations de tir doivent tenir à jour un registre de tir et prévenir le cas échéant, la DDT dans les 12 heures de l’opération.

Mots clés : TIR DE DEFENSE ATTAQUE LOUP ISERE ABATTAGE DE LOUP PROTECTION CONTRE LE LOUP
Publicité
Annonces légales