Publié le 24/08/2018 à 08:50 / Jean-Marc Emprin

Anthrax dans les Hautes-Alpes

La bactérie Bacillus anthracis survit des dizaines d'années sous forme de spores dans les terres où ont été enterrés par le passé des animaux morts du charbon.

Les Hautes-Alpes connaissent un épisode d'anthrax ou fièvre charbonneuse, potentiellement mortelle pour l'homme.

Deux mois après le début de l'épidémie de fièvre charbonneuse dans les Hautes-Alpes, le syndicat agricole FDSEA 05 a déposé plainte le 23 août contre X pour « connaître la vérité » sur la résurgence de cette maladie transmissible à l'homme.

Le syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) devait faire de même le vendredi 14 août dernier.

Fièvre du charbon

Une partie du sud du département est confrontée à la plus importante anazootie de fièvre du charbon (anthrax en anglais) observée en France depuis près de 20 ans, une maladie potentiellement mortelle pour l'homme dans ses formes les plus rares.

Champs maudits

La bactérie Bacillus anthracis survit des dizaines d'années sous forme de spores dans les terres où ont été enterrés par le passé des animaux morts du charbon ou porteurs de la maladie : des  « champs maudits », non cartographiés dans le département.

Le vaccin est le moyen le plus efficace pour enrayer l'épidémie. Mais, face à une pénurie temporaire, due à la fermeture en août du laboratoire espagnol qui le produit, les éleveurs espèrent « que l'État fera le nécessaire pour trouver le plus grand nombre de vaccins, dans les plus brefs délais », ajoute Alexandre Lagier, président des JA des Hautes-Alpes.

 

Voir la fiche de l'OIE* sur la fièvre charbonneuse ou Anthrax

 

*Organisation mondiale de la santé animale

Avec Agra
Mots clés : SANTE ANIMALE HAUTES-ALPES EPIDEMIE ANTHRAX FIEVRE CHARBONNEUSE ANAZOOTIE
Publicité
Annonces légales