Publié le 01/10/2018 à 17:10 / Jean-Marc Emprin

Alimentation animale

Face à la pénurie de fourrage, en plaine et coteaux, semer toutes les surfaces disponibles après les céréales ou le maïs de manière à reconstituer les stocks en sortie d'hiver.

Pour les vaches laitières, les semis traditionnels RGI ou RGI TV ou méteil avec une forte proportion de vesce et pois pourront être utilisés au printemps et permettre de faire la jointure. Il est trop tard pour semer des luzernes ou prairies temporaires à base de légumineuses.
Attention : les semis de dérobés peuvent toujours compromettre la culture suivante. Le RGI ou RGI TV laisse une terre très sèche en surface difficile à reprendre. Le méteil présente l'intérêt d'une reprise des terres, après la récolte, plus facile, mais cette récolte peut être tardive comme cette année après le 15 mai.
Au vu des conditions particulières de cette année, il faut néanmoins reconstituer les stocks. Pas le choix, il faut semer. En sortie d'hiver, une fertilisation soutenue permettra aussi des premières coupes importantes
Avec l'automne sec, les génisses et vaches taries utilisent les stocks de fourrages dès maintenant. Ces animaux ont des besoins inférieurs aux vaches laitières. Une possibilité est de semer un mélange de qualité moindre, peu cher, très précoce, que les génisses pourront pâturer durant l'hiver. C'est une pratique courant en Provence. Suite aux essais de méteil, ce sont les mélanges à base de céréales qui sont les plus précoces.
Pour limiter les frais, les espèces utilisées seront les RGI et céréales, ces espèces peuvent être semées en semis direct après un travail simplifié des terres (déchaumeur, ou vibroculteur). Il est possible de semer les céréales récoltées cet été : triticale, blé, avoine et RGI pour ceux qui en ont moissonnés et même du colza. Une fertilisation organique assurera un bon développement de la culture. L'apport d'azote sera à gérer en fonction du développement de la culture. La densité de semis sera élevée car l'objectif est une récolte précoce.
- semis de céréales, au moins 180 kg triticale blé avoine en pur ou tout mélangé selon les stocks.
- semis de 100 kg de céréales mélangé à 20 kg RGI,
- semis de 100 kg de céréales mélangé de 20 kg de RGI et 5 kg de colza.
Pour ceux qui pensent acheter des semences, l'achat de seigle fourrager est une solution.
Pour ceux qui comptent ajouter des protéagineux, privilégier les mélanges avec pois et vesce. La féverole participe très peu au rendement.
- 20kg triticale, 20 kg d'avoine 60 kg de pois et 20 kg de vesce.

Patrick Pellegrin
Conseiller élevage Adice, expert fourrages
Mots clés : SECHERESSE FOURRAGE SURSEMIS
Publicité
Annonces légales