Publié le 21/12/2018 à 08:00 / Isabelle Doucet

Portrait

L'éleveur du Vercors sait qu'il faut occuper le terrain pour que l'agriculture soit prise en compte par les politiques.

Jérémy Jallat des JA38 figure en deuxièmeplace sur la liste FDSEA/JA

Quand Jérémy Jallat parle d'engagement, c'est un peu comme regarder la cuvette grenobloise depuis Saint-Nizier-du-Moucherotte, on peut attraper le vertige. A 33 ans, le secrétaire général de JA Isère est aussi président du canton du Vercors depuis 2016, conseiller Sodiaal, conseiller municipal et membre de la commission agriculture à la communauté de communes du Massif du Vercors, administrateur du Crédit agricole Sud-Rhône Alpes etc. Installé depuis 2015, il a repris l'exploitation familiale, élève des vaches de race montbéliarde et produit du lait bio pour Sodiaal « depuis trois générations ». Sur un parcellaire de montagne très morcellé, il cultive 5 ha de céréales et dispose de 30 ha de prairies en agriculture de conservation. « Je recherche l'autonomie alimentaire et j'envisage, à l'avenir, de transformer le lait », confie-t-il. Jérémy Jallat reconnaît avoir la chance de bénéficier de l'aide de son père pour pouvoir consacrer du temps au collectif.

Accompagner l'installation

L'éleveur est de tous les combats et défend bec et ongles son métier. Très actif sur les réseaux sociaux, il parle inlassablement de ce qu'est l'agriculture, illustrant aussi bien son quotidien d'éleveur que relayant les grands dossiers nationaux. Pour autant, IRL*, il ne ménage pas sa peine. Avec JA Isère, il milite pour relever le défi de l'installation, conscient que le pyramide des âges ne joue pas en faveur du renouvellement de la profession. « Il faut avoir un accompagnement le plus juste possible », insiste-t-il. L'installation est un enjeu stratégique, qui concerne de plus en plus de personnes hors cadre familial, que ce soit dans de petites exploitations ou de grandes filières. Les problématiques foncières, financières, de filières, de qualité, de pérennité sont à prendre en compte au niveau professionnel et à mettre en perspective avec les exigences sociétales et les besoins du bassin de consommation, estime-t-il.
« Un travail important est effectué dans les territoires et les intercommunalités et il existe des initiatives qu'il convient de souligner comme la mise en place de comités locaux d'installation (CLI). Avec les conseillers chambre, nous sommes les vigies et cela permet d'anticiper les choses », explique encore Jérémy Jallat. Siéger auprès des élus, c'est aussi les responsabiliser. « Lorsqu'un PLUI est lancé, les gens ne sont plus au fait des réalités, reprend-il. Etre présent, cela évite que du foncier parte à la construction à une échelle trop importante.» Mais il reconnaît que l'engagement, ou plutôt son absence, « est une question sociétale ». En tous les cas, le virus de l'engagement semble avoir bien pris dans le Vercors où la section JA est très dynamique.

Isabelle Doucet

*IRL : In real life, dans la vraie vie

Mots clés : VERCORS ELECTION CHAMBRE D'AGRICULTURE 2019 JEREMY JALLAT JA38
Publicité
Annonces légales