Publié le 04/05/2020 à 14:45 / Isabelle Doucet

Elevage

La viande de veau a pu être pénalisée par la mise en avant de produits simples et bon marché.

La viande de veau a pu être pénalisée par la mise en avant de produits simples et bon marché.

« Fin avril, la situation demeure (...) critique » pour la viande de veau, déplore Interbev (interprofession bétail et viandes) dans une note envoyée à la presse le 30 avril.

Lors des semaines 14 à 16, les abattages moyens se situaient « 17% en deçà des niveaux de 2019 » (après -35% en semaine 13).

En cause, notamment, la fermeture des restaurants (environ 20% des débouchés), et « sans doute des arbitrages en notre défaveu r» dans certaines enseignes de grande distribution, estime Jean-Louis Arquier, président de la section veaux d'Interbev. D'après lui, cette viande a pu être pénalisée par « la mise en avant de produits simples et bon marché » (steak haché et poulets par exemple).

Pour résorber l'excédent, la filière réclame notamment « l'éligibilité du veau aux aides au stockage privé ». Annoncées le 22 avril par la Commission européenne, elles sont « réservées pour l'instant à la viande de bovins de plus de huit mois », regrette Interbev. 

Pour « stopper une situation dégradée », M. Arquier compte aussi sur les traditionnelles mises en avant du veau dans les grandes surfaces à l'occasion de la Pentecôte, « un de nos quatre temps forts de l'année ». « Les enseignes sont toutes mobilisées et ont toutes maintenu leurs opérations de mise en avant », indique-t-il.

Source : Agra

Mots clés : ELEVAGE INTERBEV VEAU PENTECOTE
Publicité
Annonces légales