Publié le 19/05/2020 à 11:55 / Marianne Boileve

Fruits

Selon le service de la statistique du ministère de l'Agriculture, la production française de cerises 2020 rattraperait la moyenne quinquennale, alors que les pêches et nectarines reculeraient de 8% en 2020.

La production de cerises françaises profite d'une embellie, mais les pêches et les nectarines devraient connaître une baisse de 8% en 2020.

Une embellie pour la cerise française, c’est ce que prévoit Agreste pour l’année 2020. D’après la note de conjoncture de mai émise par le service statistique du ministère de l’agriculture, la récolte du petit fruit à noyau devrait atteindre 37 000 tonnes. C’est plus qu’en 2019 alors que la production avait déjà rebondi de 11% par rapport à 2018 - la plus faible des six dernières années, rappelle Agreste. La production 2020 pourrait flirter à nouveau avec la moyenne quinquennale, ce qui n’était pas arrivé depuis 2017.

Ecarts régionaux

Pour la région Occitanie, Agreste anticipe une hausse de la récolte de 18% en Languedoc et Roussillon, ainsi qu’une production « en légère hausse » dans la vallée de la Garonne pour les variétés précoces. Dans la vallée du Rhône, la récolte s’annonce « supérieure à celle de 2019 » et devrait commencer dès la mi-mai, dix jours plus tôt que l’an dernier. En revanche, en région Paca, la production de cerises devrait diminuer de 2%, soit une baisse de 20% par rapport à la moyenne quinquennale. Un recul dû au gel qui a occasionné des dégâts sur les variétés précoces, tandis que les variétés tardives accusent un « léger retard » de floraison.

Dormance insuffisante

Dans sa note de conjoncture «Infos rapides» de mai, le service de la statistique du ministère de l'Agriculture (Agreste) table sur une production annuelle de pêches, brugnons et pêches pavies de 188 000 tonnes en 2020. Soit une baisse de 8% par rapport à 2019, et de 9% par rapport à la moyenne quinquennale (2015-2019). Cette diminution des rendements, pronostiquée à partir de données transmises fin avril, est due à une floraison moindre. « L'hiver très doux n'a pas permis une dormance suffisante. Des gelées sévères ont touché la vallée du Rhône », explique la note.

Baisse des surfaces

L'enquête de conjoncture porte sur les régions Occitanie, Paca et Aura qui représentent 49%, 30% et 15% de la production nationale (en 2019). Cette année en Occitanie - dans le Languedoc-Roussillon notamment - la production baisserait de 9% alors que les surfaces des vergers seraient « quasi stables ». La région Paca verrait sa production baisser de 2% avec une surface plantée en recul de 1%. En région Aura, la vallée du Rhône se préparerait à récolter nettement moins de fruits que l'an dernier (-15%) à cause des gelées noires qui ont sévi fin mars et d'une baisse des surfaces en production (-1%) consécutive à la maladie virale de la sharka.

Source : Agrafil

 

 

Mots clés : RENDEMENT SHARKA VERGERS PRODUCTION FRUITIERE DORMANCE GELEE PÊCHES BRUGNONS PÊCHES PAVIES
Publicité
Annonces légales