TERRITOIRES
Les futures zones rurales vues par l’Europe

Dans un document d’une trentaine de pages, publié très récemment, la Commission européenne présente sa vision à long terme des zones rurales. Elle propose « un pacte rural et un plan d'action rural, dont l'objectif est de faire » de celles-ci « des régions plus fortes, connectées, résilientes et prospères ».

Les futures zones rurales vues par l’Europe
D’ici à 2030, l'objectif de l’UE est de faire en sorte que la vie démocratique et les services publics soient pleinement accessibles à tous en ligne, grâce à la stratégie « Rural Digital Futures ».

Les ruralités française et européenne sont très souvent confrontées à des défis identiques liés à la mondialisation, à l’urbanisation, au vieillissement, à l’accès à l’emploi, aux voies de communication, à la santé, au très haut débit… La Commission reconnaît elle-même que les régions essentiellement rurales représentent la moitié de l’Europe et près de 20 % de la population. Ces zones rurales font aussi partie des régions les moins favorisées de l’UE, présentant un PIB par habitant nettement inférieur (à 75 %) à la moyenne européenne en 2018. Toujours selon cette étude, un peu plus d’un quart (28 %) de la population de l’UE-28 vivait en zone rurale en 2015. En revanche, une proportion à peine supérieure de la population vivait dans les villes et banlieues (31,6 %), tandis que la plus grosse proportion était enregistrée dans les grandes villes (40,4 % de la population de l’UE-28). Les ruraux européens se sentent « abandonnés par la société et les responsables politiques », explique le rapport de la Commission.

Culture numérique

Pour revitaliser ces zones, elle propose un plan stratégique à l’horizon 2040, en améliorant notamment « la qualité de la production » et en soutenant « les agriculteurs, les forestiers et les entrepreneurs ruraux, qui sont les catalyseurs de la transition vers une société et une économie plus vertes ». Elle entend en particulier développer la bioéconomie qui a généré 614 milliards d’euros de valeur ajoutée et employé environ 17,5 millions de personnes dans l’UE en 2017. Une autre de ses priorités est de dynamiser le réseau très haut débit d’Internet car « la poursuite du développement des zones rurales dépend de leur bonne connexion entre elles et avec les zones périurbaines et urbaines. », souligne le rapport. Le développement d’une culture numérique généralisée est également crucial pour garantir l’accessibilité. D’ici à 2030, l'objectif de l’UE est de faire en sorte que la vie démocratique et les services publics soient pleinement accessibles à tous en ligne, grâce à la stratégie « Rural Digital Futures ». Car « La fourniture de services d’intérêt général dans les zones rurales d’une qualité comparable à ceux fournis en milieu urbain est essentielle pour maintenir un niveau de vie équitable pour tous les citoyens et sur tous les territoires », insiste le rapport.

« Test rural »

La Commission qui va créer un Observatoire rural afin d’améliorer la collecte et l’analyse des données sur les zones rurales va s’appuyer sur la réforme de la Pac et notamment le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) pour financer ce grand projet. S’y adjoindront le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds de cohésion (FC) et le Fonds social européen plus (FSE+). « La Commission mettra en place une plateforme unique d’information sur les projets existants et les possibilités de financement pour permettre aux communautés rurales, aux porteurs de projets ruraux et aux autorités locales de collaborer », précise-t-elle, invitant les États membres et les régions à élaborer des stratégies de mobilité rurale durable. Enfin, un « test rural » (rural testing) sera introduit, pour réexaminer les politiques de l'UE dans une optique rurale. « L'objectif est de mieux cerner et prendre en compte les effets et les implications potentiels d'une initiative de la Commission sur l'emploi, la croissance et le développement durable dans les zones rurales », note le rapport.

Les régions essentiellement rurales représentent la moitié de l’Europe et près de 20 % de la population.

L’Observatoire rural européen

Le futur observatoire rural européen sera notamment chargé de centraliser et analyser les données, en assurant le lien entre les sources de données grâce à un portail de données rurales, des données ventilées par sexe seront utilisées lorsqu’elles sont disponibles. Il informera sur les initiatives pertinentes menées à l’échelle de l’UE en faveur des zones rurales. S’il analysera les résultats du plan d’action rural de l’UE, cet observatoire réalisera aussi, en synergie avec Eurostat (office de statistiques de l’UE) et le Centre de connaissances sur les politiques territoriales, un travail sur la diversité des territoires : zones transfrontalières, régions ultrapériphériques, montagnes, îles, zones peu peuplées, etc.